NORMAL de Richard Griffin


NORMAL

Titre original : Normal
2013 – Etats Unis
Genre : Drame
Réalisation : Richard Griffin
Musique : Timothy Fife
Scénario : Lenny Schwartz
Avec Michael Reed, Sarah Nicklin, Nathaniel Sylva, Elyssa Baldassarri, Shannon Hartman, Samantha Acampora et David Canavan

Synopsis : Jim parait normal, bien sous tout rapport. Il vit seul dans l’appartement 0 d’un immeuble dont il est le concierge. Au fur et à mesure de ses interactions avec les étranges locataires, il revit son passé et essaye de comprendre son propre esprit torturé, ce qu’est la normalité, et de ne pas perdre pied avec la réalité.

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas parlé d’un film de Richard Griffin avec Sarah Nicklin au casting. Normal était au départ sorti en Amérique en Octobre 2013, avant une ressortie DVD en Janvier 2017. Une bonne occasion pour se lancer dans cette nouvelle œuvre d’un réalisateur qui finalement touche à tous les genres, bien qu’étant surtout connut par ses fans comme étant un réalisateur de films d’horreur (Flesh for the Inferno, The Sins of Dracula, Beyond the Dunwich Horror), et parfois de comédies d’exploitations (Nun of That, The Disco Exorcist). Mais ce serait oublier son meilleur film, Exhumed, film d’ambiance au ton résolument sombre et au final triste. Bon point, Normal peut être vu comme étant la continuité d’Exhumed. Normal donc n’est pas à proprement parlé un film de genre. Il contient bien une ambiance lourde, quelques meurtres, mais le cœur du récit n’est pas là. Et bien que filmé en couleurs cette fois-ci, la manière de filmer de Richard Griffin, la composition des plans et l’usage de la bande son d’ambiance rappelle encore une fois Exhumed. Normal nous plonge dans le quotidien de Jim, joué par l’habitué Michael Reed. Il vit dans l’appartement 0 d’un immeuble, et est basiquement le concierge. Il répare tout, arrange les soucis des différents locataires, et reçoit de manière un peu trop régulière la visite de son frère qui veut vendre l’immeuble en lui faisant signer des papiers. Sauf que l’on se rend très rapidement compte que Normal n’est pas un film comme les autres, mais plutôt une plongée dans le mental dérangé de son personnage principal.

Ainsi rapidement, les différents éléments étranges peuplant l’intrigue trouvent du sens, tout comme la mise en scène posée et les éclairages parfois surréalistes et colorés, voir les images aux contours flous qui semblent enfermer les personnages dans leur environnement. Car si Normal est dans le fond un film de genre de par son ambiance lourde voir son propos (Jim est un tueur), il prend la voie bien plus difficile du drame psychologique. Le point de vu du film est celui de Jim, qui vit enfermé, enfermé dans son appartement, dans son univers, dans son monde, voir l’on pourrait dire dans sa prison, prison qu’il s’est lui même créé. Ses échanges avec ses voisins, ou même avec son frère habitant l’appartement 1 sonnent étranges dés le début, mais le film sait garder ses révélations pour les bons moments, et ainsi faire durer le suspense sur pas mal de ses éléments sur la durée, rendant ainsi le film plutôt entrainant et mystérieux. Autour de Jim et donc de Michael Reed, on retrouve pas mal d’habitués du cinéma du réalisateur, comme Sarah Nicklin, David Thurber, Nathaniel Sylva et j’en passe. Ils sont tous investis dans leur rôle et la réalisation posée de Richard Griffin leur laisse le temps de s’exprimer dans le cadre, ce qui est appréciable vu la direction optée pour le métrage. Normal est une lente descente dans la psychè de son personnage, mais révèle donc à intervalle régulier ses clés, pour ne pas plonger le spectateur dans l’incompréhension trop longtemps, mais également pour relancer l’intérêt du film.

Très bon point donc, Normal est bien construit, bien écrit, et les acteurs font le boulot. Richard Griffin sait filmer son film, qui rappelle donc Exhumed malgré les couleurs. Mais Normal se fait pourtant moins impressionnant et moins prenant que le film cité. Déjà, Jim étant un tueur, chose révélée dés les premiers plans, l’implication émotionnelle est moindre et la plongée dans son mental, malgré tout intéressante, nous touche moins. D’un autre côté, sans doute du à un budget comme souvent très limité, on notera quelques détails étranges au niveau de la bande son. Timothy Fife s’occupe encore une fois de la musique, et si la bande son est de très bonne qualité, elle est là en permanence. Beaucoup trop présente donc, surtout que du coup, pas mal de scènes sans dialogues ne sont habillées que par la musique, sans bruitages, ce qui donne par moment un aspect étrange, comme s’il manquait clairement quelque chose. Un abus de musique donc, aussi bonne soit-elle. Des petits défauts donc qui rendent le film moins impressionnant qu’Exhumed, un peu moins prenant par moment, mais pourtant, de très bonne qualité également. Preuve est que Richard Griffin est un réalisateur qui s’implique et surtout, parvient à livrer ses meilleures œuvres, à mon sens, lorsqu’il s’attaque à des sujets sérieux, subtils, et menés avant tout par l’ambiance, notamment en huis clos.

Les plus

Une très bonne ambiance
Un scénario intéressant
De très bons acteurs
La mise en scène

Les moins

Une musique trop présente
Moins prenant émotionnellement comparé à Exhumed

 
En bref : Normal est encore une réussite de la part de Richard Griffin. Il y a bien quelques défauts, mais l’ensemble tient clairement la route et intéresse sur la durée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s