TWIN PEAKS (saison 3, épisodes 1 à 4) de David Lynch


TWIN PEAKS SAISON 3

Titre original : Twin Peaks
2017 – Etats Unis
Genre : Lynch is Back
Réalisation : David Lynch
Musique : Angelo Badalamenti
Scénario : David Lynch et Mark Frost
Avec Kyle Maclachlan, Sheryl Lee, Kimmy Robertson, Russ Tamblyn, Madchen Amick, Dana Ashbrook, Ray Wise, Grace Zabriskie, Michael Horse, Brent Briscoe, Harry Goaz, Chrysta Bell, Catherine E. Coulson, David Lynch, Miguel Ferrer, Madeline Zima et Richard Beymer

Synopsis : 25 ans après, Dale Cooper est toujours bloqué dans la Red Room, tandis que son double erre dans le monde réel. Il apprend que pour s’échapper, son double doit revenir. Seulement son double, contrôlé par l’esprit de Bob, a un plan pour s’échapper définitivement. Pendant ce temps, un étudiant surveille une étrange boite vide à New York, et la dame à la buche prévient Hawk d’une pièce manquante concernant Dale Cooper…

Laura Palmer l’avait promis à Dale Cooper dans son rêve de l’épisode 3 de la saison 1 de Twin Peaks. Ils se reverront 25 ans plus tard ! Et là, 25 ans après la sortie du film Twin Peaks Fire Walk With Me, à l’époque défoncé par le public et la presse (et depuis toujours mon Lynch préféré, allez comprendre), voilà enfin que Twin Peaks revient. Les attentes étaient monstrueuses de la part des fans, des nouveaux venus, de la part du retour d’une bonne partie du casting de la série, mais également de l’équipe technique. Mark Frost et David Lynch signent le scénario, Lynch réalise l’intégralité, Angelo Badalamenti revient à la musique, Peter Deming à la photographie après le film Twin Peaks, Lost Highway et Mulholland Drive, même le monteur de la série revient. Le casting lui est énorme, avec quasiment tous les acteurs, à la fois du film et de la série, et pas mal de nouveaux venus, ainsi que des habitués du cinéma de Lynch depuis, avec notamment Naomi Watts par exemple. Alors, cette nouvelle saison de Twin Peaks, qu’est ce que ça donne ? Est-ce que Lynch nous offre la réunion tant promise avec nos vieux amis 25 ans ensuite ? Est-ce que nous retrouvons Twin Peaks tel qu’on l’a laissé ? Où est-ce que tout a radicalement changé ? Et bien oui à toutes les questions. Twin Peaks version 2017 risque de surprendre le fan, de le dérouter, de lui plaire par instant, de l’interroger à d’autres. Le fan va passer par des émotions bien différentes au fur et à mesure des 4h déjà disponibles, donc, les 4 premiers épisodes (les épisodes 1 et 2 ne formant en fait qu’un long double épisode).

Une sensation étrange s’empare de nous, puisque dés les premiers instants, nous voilà dans la Red Room, avec Dale Cooper. Les gens parlent à l’envers, nous retrouvons les rideaux rouges, les motifs étranges, le géant, Twin Peaks is back. Plus ou moins, puisque Twin Peaks version 2017 prend des risques énormes en découpant son intrigue basiquement en trois grands lieux, et alterne ces trois lieux, et donc trois intrigues, pas toujours finement. Ainsi, nous aurons Twin Peaks, où nous retrouvons bel et bien quelques personnages, comme Lucy, James, Laura Palmer, mais également Shelly, Leland, le docteur Jacoby, Hawk et tant d’autres. Twin Peaks à cet instant nous plonge en pleine nostalgie, avant de passer à autre chose. Car pendant ce temps, Dale Cooper lui est bloqué dans la Red Room, depuis 25 ans. Et qu’à côté, nous voyons un jeune étrange qui surveille à New York une étrange boite transparente, filmée 24 heures sur 24, et qu’un autre Dale Cooper effectue des crimes dans des petites villes. Twin Peaks nous plonge au départ dans le flou, total presque même, puisque nous avons l’impression que ce qui se passe à Twin Peaks ne sert pas à grand-chose, et que nous ne faisons pas du tout le lien avec le reste. Mais bon, nous sommes dans une oeuvre de David Lynch après tout, rien de surprenant.

En réalité, l’impression que l’on a, c’est que Twin Peaks retrouve son aspect absurde et comique lorsque nous retrouvons le casting original, et plonge dans une ambiance beaucoup plus lourde, sanglante, voir par moment gore pour le reste, une ambiance comme Lynch nous y a habitué depuis Lost Highway en réalité, et donc, une ambiance surréaliste, parfois incompréhensible, et lente. La fusion des deux semble étrange, puisque ces moments ne cohabitent pas, mais se succèdent. En réalité, il faudra attendre la fin du second épisode pour pouvoir enfin mieux comprendre où tout cela nous amène, comprendre la nouvelle intrigue, et que ses différentes parties semblent alors coexister pour une bonne raison plutôt que de s’enchaîner comme s’il s’agissait de quelques scénettes mise bout à bout. Le premier épisode intrigue et déroute, le second commence à éclairer, et c’est ensuite que l’on commence à retrouver ce que l’on aime dans Twin Peaks, mais toujours modernisé, avec de nouvelles techniques donc, des effets numériques (pas fameux d’ailleurs), et une noirceur et un mystère provenant bel et bien de Lynch, et de lui seul. Aucun doute qu’il a eu le contrôle total. De ce fait, le fan de la première heure sera au départ dérouté (peut-être même déçu pour certains), mais Lynch évite le piège de la redite tout en, épisode après épisode, revenant à l’univers de Twin Peaks.

Certes, les personnages sont là, certaines situations rappellent les deux premières saisons (les échanges avec Lucy, toujours aussi savoureux), beaucoup d’éléments reviennent (la bague du film Fire Walk With Me, les hiboux, l’électricité comme dans le film également), mais Twin Peaks a évolué. Pour le pire et pour le meilleur. Le meilleur car oui, ce début de saison nous offre dans le fond ce que l’on voulait : la suite de l’histoire, retrouver nos personnages, du mystère. Pour le pire car certains choix ne plairont pas à tout le monde, et que beaucoup d’événements ne se déroulent pas à Twin Peaks même. Il est donc très difficile de juger pour le moment, et même de savoir à quoi s’attendre pour les 14 épisodes suivants. Mais Twin Peaks réussit à évoluer tout en gardant son humour absurde, ses scènes venues d’ailleurs, ses personnages. Car oui, dans l’épisode 4, nous retrouverons avec le plus grand des plaisirs Miguel Ferrer en agent du FBI, mais donc forcément également David Lynch en chef du FBI, et même David Duchovny, l’agent travesti. Rien que ça. Vivement la suite, car tout se met doucement en place, mais il est bien trop tôt pour voir l’ensemble du tableau. Heureusement d’ailleurs.

Les plus

Retrouver les personnages
Une continuité qui essaye d’innover
Quelques bonnes notes d’humour
Mais un ton bien plus sombre

Les moins

Des effets numériques très discutables
Des choix qui vont diviser

 
En bref : Twin Peaks revient, et a fortement évolué. Tout n’est pas parfait, mais l’ensemble évite la redite, et se fait plus sombre. Reste à voir où tout cela va nous emmener.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s