Critique Jeu Vidéo : Resident Evil VII : Biohazard


1471433022-4078-jaquette-avantRESIDENT EVIL VII : BIOHAZARD

2017
Studio : Capcom
Genre : Le retour à la survie
Multijoueur : Non
Joué et testé sur : PS4
Existe sur : PS4, Xbox One, PC
Support : un disque

Synopsis : 2017, Louisiane ! Ethan Winters part à la recherche de sa petite amie disparue, Mia, ce qui l’amène vers une plantation abandonnée, la maison de la famille Baker.

RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170124203433RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170124203552RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170124203730RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170124204521

La saga Resident Evil aura connue des hauts, très hauts même, et des bas, très bas également. Et si ce nouvel opus a le petit chiffre 7 derrière, le rattachant donc à la série principale, le jeu est pourtant le 24ème opus de la saga. Saga qui avait commencée très fort, et à l’exception de jeux dérivés, n’avaient pas encore eu de faux pas jusqu’à l’épisode 4. Une saga passionnante débutée donc en 1996 par Mikami Shinji. Puis la saga se complique, l’épisode 2 en développement repart de 0, Capcom en profite pour sortir un Director’s Cut du premier jeu, et finalement, voilà, Resident Evil 2 sort en 1998, suivi de près par Resident Evil 3 en 1999, qui devait être au départ un épisode à part. Capcom a la poule aux œufs d’or, et les suites se multiplient. En 2000, c’est Code Veronica qui sort en premier sur Dreamcast, et le jeu de tir Resident Evil : Survivor. Succès oblige, Code Veronica est porté sur d’autres supports dés 2001, et la saga s’enrichit d’un nouvel opus raté sur Game Boy Color (Gaiden) et d’un autre jeu de tir reprenant l’histoire de Code Veronica, encore une catastrophe. Mikami Shinji revient alors pour livrer son remake de Resident Evil sur Game Cube en 2002, et c’est le choc. Un remake avec des ajouts intéressants, une refonte graphique à tomber par terre. En 2003, Resident Evil 0 sort, reprenant le même moteur graphique, et la saga commence à s’essouffler. La saga a besoin de sang neuf, mais Capcom en profite tout de même pour sortir trois nouveaux jeux : Outbreak 1 et 2, et Dead Aim. Mikami Shinji, après un long développement, sort la claque Resident Evil 4, avant de quitter définitivement la saga.

RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170124204917RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170124211347RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170124224015RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125153324

Et c’est là que les choses tournent mal. Multiplications de jeux de tirs (The Umbrella Chronicles, The Darkside Chronicles), de spin off (le jeu Degeneration sur iPhone), de remasters qui n’ajoutent rien, la sortie du cinquième opus copiant le 4 sans jamais l’égaler. La sortie de Revelations au départ sur 3DS, bien qu’inégal, laissait inaugurer un retour à l’horreur pure, mais non, Capcom livre Opération Raccoon City, un jeu où il faut tuer du zombies en masse (et qu’au final, en le prenant pour ce qu’il est, n’est pas si mauvais), mais surtout l’infâme Resident Evil 6, qui divisa les fans plus que jamais. Pour ma part, j’en ai déjà parlé, c’est un mauvais jeu, mal pensé, vite énervant. Revelations 2 en 2015 remontait un peu le niveau, mais le jeu était court, pas toujours très beau, et le récent Umbrella Corps enfonçait le clou. Un nouvel opus était redouté. Et si la démo de Resident Evil 7, publiée au départ en Juin 2016, m’avait donné des émotions mitigées puisque cela n’avait plus rien à voir avec du Resident Evil, l’espoir était là, le prochain jeu ne serait pas un jeu d’action. Et depuis le 24 Janvier, il est là, le nouveau Resident Evil, intitulé Resident Evil VII : Biohazard. Et s’il n’est pas parfait, et bien bordel ça fait du bien tout de même. Terminé les commandos armés, les monstres tout moches qui envahissent l’écran, la testostérone à tous les étages, les niveaux gigantesques au level design peu inspiré, la maniabilité ancestrale pas du tout pensée pour un jeu de shoot (oui oui, je pense bien à toi oh Resident Evil 6), retour à la racine, au survival horror, le vrai.

RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125155019RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125160525RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125160612RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125161353

Et pour cela, ce septième opus opère bien des changements dans la forme, alors que dans le fond, on en y regardant de plus près, il reprend la même formule que le tout premier opus. Donc cette fois, nous voici dans la peau du jeune Ethan, qui se rend dans un coin paumé de la Louisiane pour retrouver sa petite amie Mia. Et adieu les angles précalculés des premiers opus, adieu la caméra par-dessus l’épaule des derniers opus, Resident Evil 7 opte pour la vue subjective. Et ça le fait, même si on pourra forcément penser que le succès récent de jeux comme Outlast ou encore l’annulation du très attendu Silent Hills après la démo PT aura donné des idées à Capcom. Ce qui frappe en jouant à Resident Evil 7, c’est à la fois comment le retour aux sources annoncé par Capcom est bel et bien là, et à la fois comment le jeu pioche un peu partout, quitte à perdre son identité. Mais après tout, Resident Evil était bien passé de jeu d’horreur à gros défouloir made in nanarland, donc pourquoi pas, niveau identité, elle a déjà été violée. Car au-delà du changement de vue, Resident Evil 7 sonne beaucoup plus comme un Resident Evil que beaucoup des jeux récents de la saga. Oui, ici, on débutera comme arme avec un couteau, les armes seront présentes mais les munitions pas toujours en grand nombre, les énigmes refont surface, l’intrigue n’a rien à envier aux premiers opus lorsque l’on commence à tout comprendre, on se soigne toujours avec des herbes vertes.

RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125161609RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125165912

Mieux, le jeu reprend certaines mécaniques de gameplay que l’on connaît depuis 20 ans déjà. Oui, on retrouvera les salles de sauvegarde, les coffres pour entreposer nos objets, l’inventaire limité mais que l’on pourra augmenter petit à petit. Même dans sa structure, Resident Evil VII est très proche des premiers opus. Voyez plutôt : une maison à explorer, une annexe, une autre petite maison non loin, une grotte. Oui, on pense assurément au premier Resident Evil. Même au niveau des ennemis, le jeu nous offre quelques psychopathes qui vont nous pourchasser sans relâche, nous rappelant la douce époque de Nemesis dans le troisième opus. De ce troisième opus, Resident Evil VII conserve également l’idée de la poudre que l’on mixera pour créer des munitions. Le vrai retour aux sources annoncé par Capcom, sur ce coup-là, je vous félicite messieurs. Il va donc falloir évoluer dans une grande maison et dans les alentours, en étant sur ses gardes, en jouant souvent à cache-cache, parfois en tuant quelques ennemis, et avec en prime quelques énigmes à résoudre. Oui, la recherche des clés à motifs est de retour. Si les énigmes ne sont pas d’une grande difficulté, notons tout de même la présence d’une énigme plus longue que les autres, et surtout très bien foutue (la cassette Happy Birthday). Également dans ces énigmes et autres recherches de clés, certains éléments feront bien sourire les fans, comme l’énigme du fusil qu’il faudra remplacer par un fusil cassé pour le récupérer.

RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125175954RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125180709RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125182834RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125193103

Plus haut, je vous disais que ce septième opus, bien que retournant à la source, bouffait un peu à tous les râteliers niveau inspiration. Oui, car ici, ce n’est pas seulement un retour à la saga, mais un retour à l’horreur pure, et donc, les hommages et emprunts sont nombreux, et à peine dissimulés. Ainsi, la première heure du jeu sera un énorme hommage à Evil Dead, tronçonneuse, main coupée et ennemi en espèce de démon vulgaire à la clé. Et pour ceux qui ne sont pas convaincu, on pourra même dire que le nom du personnage féminin n’est pas bien poussé pour s’éloigner de son inspiration… Oui, Mia, comme le personnage principal du remake d’Evil Dead ! Mais Evil Dead n’est pas le seul, puisqu’il y aura aussi Massacre à la Tronçonneuse (coin paumé, ambiance poisseuse, une famille folle) et tant d’autres. L’autre exemple flagrant sera un niveau entier rappelant Aliens de James Cameron. Resident Evil VII va même piocher dans d’autres jeux, comme la saga F.E.A.R. Rien que ça. Est-ce que ça marche ? Oui assurément. Pour une fois, le mélange prend, car Resident Evil VII, à part quelques rares notes d’humour dans les dialogues, ne s’éparpille jamais et reste focalisé sur son objectif : la peur et l’horreur. Il emprunte beaucoup, mais le fait tout en restant dans la même direction comme pour que l’ensemble soit cohérent. Qu’en est-il du lien avec les précédents opus ? À ce niveau là, on dira que c’est très superficiel, et que ça débarque tardivement, donc je ne dirais rien de plus. Mais il faudra également lire les nombreuses notes, comme souvent.

RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125193205RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170125200332

Toutes les influences fonctionnent donc, puisque l’ambiance est au rendez-vous, certains moments sont vraiment flippants, les munitions souvent limitées (sauf vers la fin), et que la technique est bonne. Oui, souvenez-vous de Resident Evil 6, de son level design pas fameux, de son graphisme alternant le wow et le grotesque raté le plus total. Et bien si ce nouvel opus n’est pas parfait, il fait bien les choses. Malgré quelques rares textures moins bonnes, le jeu est beau, le jeu est glauque, le jeu fait peur, et il s’inscrit dans la logique de nous emmener toujours un peu plus loin dans l’horreur. Là où le jeu pourra impressionner le plus, ce sera bien au niveau de son design sonore. Les musiques sont très discrètes, puisque c’est l’ambiance, le vent dehors, les bruits de fenêtres qui bougent, de portes qui claquent, les bruits de pas sur le sol en bois, tous ces éléments feront le boulot de manière convaincante pour nous plonger dans l’atmosphère étouffante de la Louisiane. Resident Evil VII jeu parfait donc ? Malheureusement non. Mais on ne pourra pas lui reprocher de relever grandement le niveau perdu de la licence depuis longtemps.

RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170126023226RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170126023521RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170126160124RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170126163313

Ainsi, au niveau des défauts, on pourra parler de la durée de vie. Le jeu se termine plutôt facilement, comptez environ 9h en mode normal (sans doute moins en facile du coup). Heureusement, l’ambiance réussie et un choix assez tardif (amenant une fin je me doute différente) font que l’on se replongera avec plaisir dans l’aventure, surtout qu’une fois terminé, cela nous débloque le mode survie. Dans le même ordre d’idée, le bestiaire n’est pas très varié. Outre les psychopathes qu’il faudra fuir, ou affronter à certains moments, les ennemis sont peu nombreux et toujours des variantes. Encore une fois, cela permet de ne pas trop s’éparpiller dans tous les sens, mais c’est plutôt dommage. La dernière partie du jeu se fait également un peu plus expéditive malheureusement, avec un petit surplus d’ennemi, et donc plus de munitions pour en venir à bout, avant un boss final d’une facilité un peu déconcertante, et surtout qui ne demande pas de technique particulière. Au moins, on échappe au classique compte à rebours final avant l’auto destruction des lieux, pas si mal au final ! Alors oui, Resident Evil VII n’est pas parfait, mais autant dans la saga que dans le domaine du survival horror (même si 2017 semble vouloir nous fournir du lourd à ce niveau), et bien ça fait sacrément du bien !

RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170126170821RESIDENT EVIL 7 biohazard_20170126172700

17

Les plus

Enfin un vrai retour aux sources
Très beau
Belle ambiance, crade et poisseuse
Des moments de stress
Beaucoup de clins d’œil aux premiers opus
Les emprunts fonctionnent bien

Les moins

Un peu court tout de même
Les liens un peu forcés avec les précédents
Un final facile

En bref : Le retour de la saga ! Très beau, parfois bien flippant, une ambiance excellente, pleins de petits clins d’œil à la saga et à des grands films de genre, on regrettera juste que le jeu est si court. Mais en même temps, on y reviendra avec plaisir.

9 commentaires

  1. Content que t’aies aimé ! Moi les jeux d’horreur c’est pas trop mon truc… J’aime pas ça en fait ça me fout trop les jetons ! Mais Miss J se fera un plaisir se lire ton test, surtout qu’on ressent toute ta passion pour cette licence 😉

    1. Mais c’est justement pour ça que l’on joue à ce genre de jeux :p
      J’ai déjà commencé un second run avec un ami hier ^^ Mais il ne sera pas terminé aujourd’hui, je m’apprête là à filer pour le weekend (la finition du mix de mon film).
      J’attend les réactions de la miss, mais comme on en pense la même chose au final. La licence, j’étais prêt à l’abandonner, heureusement ils se sont ressaisis !

  2. Il est génial ton test ! Très juste dans tout ce que tu écris ! Bien meilleur que le miens ::( On voit que tu es un connaisseur et que tu maîtrises grave le genre 😉 Je suis d’accord avec la note, 17/20 c’est mérité car on a enfin le retour aux sources que les fans demandaient depuis si longtemps !

    1. Roh mais non ne dit pas ça, il est très bien ton test ma petite, je le valide!!! Puis c’est pas ma faute, l’horreur, je suis tombé dans la marmite quand j’étais petit, merci maman Rick (oui, les films auxquels le jeu rend hommage, moi c’était à 5 ans que je les découvrais, ça a du laisser des séquelles, mais je suis parfaitement normal – je crois haha).
      Ben rappelle toi, Capcom disait que Resident Evil 6 serait un retour aux sources…. mais bon là oui, même si la fin est plus bourrine, ils ont réussis!

      1. Pas encore, il paraît qu’une partie du DLC est assez décevante (le mode de difficulté et le pseudo mode commando), du coup je suis sage, j’attendrais une promo. Tu l’as testé de ton côté?

      2. Bon j’attendrais alors ! Ils vendent déjà le jeu pas cher, fallait s’en douter. Ça reste Capcom, entre les DLC, remaster, reboot, remake, blablabla…. Mais je crois qu’un des DLC sera gratuit (celui dont, sur ps4 en tout cas, on a une info lorsque l’on termine le jeu, enfin une info, un écran).

      3. Bon en tout cas, tu as été lente à réagir à mon article, j’étais tout triste et en manque de tes commentaires MDR !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s