THE MIST de Frank Darabont


mistTHE MIST

Titre original : The Mist
2007 – Etats Unis
Genre : Fantastique
Réalisation : Frank Darabont
Musique : Mark Isham
Scénario : Frank Darabont d’après la nouvelle de Stephen King
Avec Thomas Jane, Marcia Gay Harden, Laurie Holden, Andre Braugher, Toby Jones, William Sadler et Frances Sternhagen

Synopsis : Tandis qu’une brume étrange semble envelopper une petite ville du Maine, David Drayton et son jeune fils Billy se retrouvent pris au piège dans un supermarché, en compagnie d’autres habitants terrorisés. David ne tarde pas à s’apercevoir que le brouillard est peuplé d’inquiétantes créatures… Leur seule chance à tous de s’en sortir consiste à s’unir. Mais est-ce possible quand on connaît la nature humaine ? Alors que certains cèdent à la panique, David se demande ce qui est le plus effrayant : les monstres qui rôdent dans la brume ou ses semblables réfugiés dans le supermarché ?

mist02mist03mist04mist05

Pour les fans de Stephen King, Frank Darabont est un des seuls à avoir livré d’excellentes adaptations du romancier ces dernières années. Il faut dire qu’entre des suites DTV (Firestarter 2, Les Enfants du Maïs), de nouvelles adaptations pour la télé (Carrie, Dead Zone, Salem’s Lot) et des adaptations peu passionnantes d’écrits pas parmi les meilleurs (1408, Fenêtre Secrète, Dreamcatcher), le fan n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Alors qu’il avait adapté Les Évadés puis La Ligne Verte, des romans avant tout dramatiques, il choisit étonnement cette fois la nouvelle Brume, The Mist donc. Une nouvelle excellente où un groupe d’humains se retrouve bloqué dans un supermarché entouré par la brume, dans laquelle se trouvent des monstres à tentacules. Un domaine flirtant beaucoup plus avec la série B sans prétention que le drame intimiste agrémenté de fantastique. Mais ça, c’est dans le fond seulement, puisque le scénario de Frank Darabont, prenant quelques libertés avec la nouvelle (ajoutant certaines idées, et rajoutant une fin), se sert avant tout du film de monstre comme point de départ et surtout de prétexte pour parler d’un sujet beaucoup plus humain et terrifiant, à savoir la capacité de l’être humain en situation de crise à se laisser aller à la barbarerie, à n’importe quelle croyance, et surtout, à la bêtise et à la cruauté humaine dans toute sa splendeur ! Rien que ça.

mist06mist07mist08mist10

Bien plus que son aspect de film de montres, pourtant fort réussie avec ces créatures à tentacules rappelant fortement les écrits de Lovecraft, c’est son aspect dramatique qui interpelle dans The Mist, grâce au travail sur les différents personnages, que l’on appréciera par leur côté terre à terre et leurs convictions, leurs peurs, leurs attachements à leur famille par exemple, que l’on détestera pour d’autres par leurs réactions stupides mais réalistes face à une telle situation, et leur aveuglément face aux imbécilités de leurs semblables. Ici, un groupe de personnages se retrouve donc dans un supermarché, et ils vont devoir s’unir pour survivre. Mais lorsque les personnages forts tentent le tout pour le tout pour survivre, tandis que les autres se manipulent pour imposer une vision stupide des événements (la colère de dieu, tout ça), les plus faibles se raccrochent à de vaines paroles, dénuées de fond et de vérité. Le constat fait peur. Quel est donc le plus gros danger pour les personnages ? Les monstres ou les humains ? Les monstres ne sont que l’élément déclencheur de la situation, et resteront finalement assez en retrait pendant le film, n’arrivant à pénétrer dans l’enceinte du magasin qu’une seule fois sur les différents jours sur lesquels se déroule le métrage.

mist11mist12mist14mist15

Il y aura bien cette tentative d’aller dans la pharmacie à côté pour récupérer des médicaments, se soldant par un vibrant échec, affaiblissant encore une fois le moral des troupes, les rendant plus facilement influençable. Frank Darabont se montre aussi vigoureux pour mettre à l’écran ses créatures venues d’ailleurs que ces humains, faibles et tout aussi dangereux. Si la chef des fanatiques religieux est aussi inoubliable, c’est que son traitement nous fait la détester dés les premiers instants. Elle représente totalement, de manière réaliste, ses gourous de secte se servant de la peur des gens pour leur donner un nouvel espoir auquel se raccrocher. Si bien que rapidement, le seul échappatoire pour les survivants n’est plus d’empêcher les monstres d’entrer dans le supermarché, mais de trouver un moyen pour eux de quitter les lieux. Le film se fait donc autant maîtrisé dans le fond que dans la forme, avec un style assez brut, limite documentaire. Et Darabont vient alors nous achever avec un final très bien trouvé (continuant un peu plus l’histoire, au-delà de la nouvelle de base), et surtout nous laissant clairement sur le cul, finissant de rendre l’aventure inoubliable. Le réalisateur n’a clairement pas perdu de son talent et a encore bien des choses à raconter et à nous montrer.

mist19mist20mist22mist23

17
Les plus

Un fond passionnant
Un style documentaire intéressant
Cette fin !
Certains personnages détestables et marquants

Les moins

Une fin qui justement ne plaira pas à tous

 
En bref : Darabont adapte encore avec talent Stephen King. Ou quand le film de monstres devient un prétexte pour analyser le comportement humain en cas de crise !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s