Critique Jeu Vidéo : Dino Crisis 2


dino-crisis-2DINO CRISIS 2

2000
Studio : Capcom
Genre : Tuons tous les dinosaures !!!!
Multijoueur : Non
Joué et testé sur : Playstation
Existe sur : Playstation, Dreamcast, PC (et PS3 en Amérique)
Support : un disque

Synopsis : Un an s’est écoulé depuis l’incident de la Tri-Energie… Une agence gouvernementale avait entrepris de poursuivre les recherches du Dr. Kirk portant sur la Tri-Energie et une expérience de grande envergure fut réalisée quelque part dans le Middle West. Toutefois… voulant obtenir des résultats immédiats, ils omirent de prendre les précautions nécessaires et une fois de plus un accident survint. Cette fois-ci, la base de recherche entière, une école militaire, un centre de recherches ainsi qu’une petite ville des alentours ont disparu. À leur place se trouve désormais une jungle épaisse venue d’un autre temps…

dinocrisis201dinocrisis202

Alors que Capcom commence à remettre le couvert assez souvent avec sa saga Resident Evil, ils décident aussi de nous offrir un nouvel opus de Dino Crisis en 2000. Après tout, pourquoi pas, le premier jeu était un survival horror de très honnête qualité, par moment bien stressant. Un Resident Evil avec des dinosaures, des plans en 3D, la possibilité de tirer en marchant (ce que je rappelle Resident Evil ne fera pas avant le sixième opus…. presque 15 ans après). Regina et ses cheveux rouges reviennent donc pour une nouvelle aventure. Après l’aventure en huit clos dans une base, les développeurs changent leur fusil d’épaule. En fait, ils ne changent pas d’épaule… ils passent du fusil à la gatling ! Car Dino Crisis 2 effectue un virage brutal. Adieu les couloirs, l’ambiance, le stress, la fuite pour la vie face à des velociraptors voraces ou un T-Rex impossible à tuer. Le jeu effectue un virage réussi cependant, que la saga Resident Evil échouera à faire avec son sixième opus (encore lui !). Le début nous offre le choix entre deux personnages. La petite Regina, que l’on connaît bien, et un blond musclé, puis nous voilà dans la jungle. Mais pas une jungle ou la menace est invisible façon Predator, mais une jungle immense, où les ennemis débarquent en surnombre. Oui, dans Dino Crisis 2, les dinosaures sont nombreux, très nombreux. À l’infini même dans de très nombreuses zones. Les munitions sont abondantes, et heureusement, car le jeu n’est en fait plus du tout un survival horror, mais un pur jeu d’action. La preuve, les kills de dinosaures sont comptés, il est possible de faire des combos, l’on gagne des points en fonction des kills à la fin de chaque zone, les armes sont destructrices et l’on meurt beaucoup moins facilement.

dinocrisis203dinocrisis204

Avec l’arsenal à notre disposition, impossible d’avoir peur, et on passe le plus clair de son temps à tenter de tuer le plus de dinosaures possibles pour gagner des points. Et avec une telle puissance de feu, dur de laisser un simple raptor, l’ennemi de base, s’approcher de nous facilement. Le jeu se fait plus simple, mais aussi beaucoup plus jouissif. Mais malheureusement, forcément, beaucoup plus court. Surtout que les dinosaures ne sont finalement pas très intelligents, arrivant les uns derrière les autres la plupart du temps, attendant de périr sous nos balles, ni plus ni moins. Et pour couronner le tout, les énigmes n’en portent plus que le nom tellement elles sont simples, voir inexistantes. En tant que survival horror, Dino Crisis 2 n’est assurément pas dans le haut du panier.

dinocrisis205dinocrisis206

En tant que jeu d’action par contre, malgré ses défauts comme sa très courte durée de vie ou une maniabilité qui n’a pas bougée et donc plus adaptée au survival qu’au jeu d’action, il se fait excellent. Il faut dire que la Playstation arrivait en fin de vie, et que les jeux se faisaient très beau. Dino Crisis 2 en est la preuve, il est magnifique par moment, les décors sont détaillés, les animations fluides malgré les ennemis nombreux à l’écran par moment, et son ambiance sonore très réussie, bien que ne faisant jamais peur. Un pur défouloir !

dinocrisis207dinocrisis208

14

Les plus

Très beau pour l’époque

Défoulant

Court mais plutôt intense

Les moins

Une maniabilité perfectible

Sans doute un peu trop court pour le coup

En bref : Adieu la peur, adieu l’horreur, bonjour la transpiration, le carnage, l’action ! Un défouloir qui fait du bien malgré ses limites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s