EVIL TRAIN de Jeff Kwitny


evil-trainEVIL TRAIN

Titre original : Amok Train – Beyond The Door 3
1989 – Italie
Genre : Fantastique
Réalisation : Jeff Kwitny
Musique : Carlo Maria Cordio
Scénario : Sheila Goldberg
Avec Mary Kohnert, Bo Svenson, Victoria Zinny, Savina Gersak, Sarah Conway Ciminera, William Geiger et Alex Vitale

Synopsis : Des étudiants Américains partent en voyage scolaire en Serbie pour étudier un rituel antique. Ils sont accompagnés par un étrange professeur, monsieur Andromelek. Très vite, ils comprennent que tout est un piège, puisque les habitants comptent sacrifier Beverly au Diable puisqu’elle est vierge.

eviltrain02eviltrain03eviltrain04eviltrain06eviltrain07eviltrain08

On le sait, le cinéma de genre en Italie à la fin des années 80, ce n’est plus du tout ça. Fulci est en chute libre et la fin est proche, Argento commence à se répéter et à livrer des œuvres moindres (mais encore intéressantes, il tiendra encore quelques années lui), Mario Bava n’est plus et on récolte à la place des produits Z signés Lamberto Bava (son fils), Umberto Lenzi et compagnie. Triste ! Et pourtant, ce Evil Train, également connu sous le titre de Amok Train, ou Beyond the Door 3 (bien qu’il n’ait rien à voir avec les deux premiers) me faisait de l’œil depuis des années. Sa pochette surtout me faisait de l’œil. Ayant pu enfin mettre la main sur la bête et en superbe qualité, je me suis lancé dans la projection, qui causa la perte de quelques neurones, bien que je n’ai pas eu besoin de m’en servir… Avec un réalisateur inconnu n’ayant que 4 films à son actif, une scénariste ayant bossé sur Body Count (aie), L’Attaque des Morts-Vivants (aie aie aie), les dialogues de Bloody Bird (le point faible du film) et de Ghosthouse (bon là, plaisir coupable), Mary Kohnert dans le rôle principal (4 longs métrages à son actif) et Bo Svenson dans le rôle du prof Serbe, il y avait de quoi avoir peur déjà. Pas de Fabio Frizzi ou Claudio Simonetti à la musique non plus, mais plutôt quelqu’un habitué aux séries Z avec Carlo Maria Cordio (Aenigma, Troll 2, Ator L’invincible, Shocking Dark)… Ouais, une équipe du tonnerre. Evil Train donc, c’est un film que l’on oubliera aussi vite que l’équipe qui en est responsable.

eviltrain09eviltrain10eviltrain11eviltrain12eviltrain15eviltrain18

Un film où l’on retiendra au final que oui, il y a de temps en temps un peu de gore mal foutu et rigolo, des villageois diaboliques parmi les plus ridicules que j’aurais vu et qui passent leur temps à frapper deux coquillages l’un contre l’autre, un plan nichon totalement gratuit et inutile dés la 3ème minute, un scénario qui ne cherche même pas à être cohérent et à se justifier. Car oui, Evil Train, c’est avant tout un scénario qui ne veut rien dire, qui défie les lois de la gravité (c’est une façon de parler), avec des événements qui arrivent juste car il faut un quotas de meurtres. Et pour bien nous faire comprendre que le scénario n’en a vraiment rien à foutre, il faudra entendre ce dialogue entre notre héroïne et le méchant. « Mais je n’y comprend rien ». Réponse ? « Ne t’inquiète pas c’est normal ». Ah ben voilà qui explique tout donc. Donc nous suivons plusieurs jeunes étudiants Américains qui arrivent dans un village Serbe sans se douter de rien… moi un village où on me fait dormir dans des huttes, où on emmène la vierge du groupe dans la maison de la sorcière locale, où tout est entouré de brume et que chaque villageois me défigure, je ne sais pas, je ne suis pas en confiance. Et forcément, ça dérape avec une maison incendiée, faisant brûler un beau mannequin par la même occasion (le noir de la bande, forcément). Et ces étudiants fort intelligents décident enfin de fuir, et se réfugient dans un train. OUI, le train du titre, le Evil Train. Car à partir de là, ben, le train ne voudra pas s’arrêter, il va tuer tout ce qui est sur sa route (genre faire exploser des trains et tout), sans jamais dérailler.

eviltrain17eviltrain19eviltrain21eviltrain22eviltrain24eviltrain25

Et pour pimenter le tout, le scénario va rajouter quelques meurtres bien cons assez souvent. Un conducteur sur les rails, et oh étrange, une écharpe s’enroule autour de lui et le train redémarre. Hop, décapité ! Je ne sais pas vous, mais il y a pire comme truc à détacher qu’une écharpe… Un autre subira les dures lois de la gravité et tombera dans le feu… Entre deux moments gore mal foutus et donc rigolos, malheureusement on se fait sérieusement chier. Jusqu’à un final plutôt pathétique d’ailleurs… Forcément, les forces du mal s’emparent de la vierge, et doivent la sacrifier, face à un démon (enfermé dans un glaçon XXL…). Et au moment crucial, « Oh, elle n’est pas vierge ». Cris, explosions, fin ! Oooookkkkkk…. Si le rythme avait au moins été soutenu, Evil Train aurait pu être un nanar divertissant, surtout que bon, la photographie n’est pas dégueulasse et encore typique des années 80 avec ces filtres bleutés, mais non, on s’ennuie la plupart du temps entre deux scènes sanglantes. Et ce scénario mais mon dieu ! Un scénario qui part sur une base puis se barre ailleurs en cours de route juste parce qu’il en a envie. Si encore tout cela était au service d’une ambiance, mais même pas. Avant que tout ne revienne sur la fin à l’intrigue de base, mais pour un final express et raté. Bon, j’aurais perdu 1h30 de mon temps, dommage !

eviltrain27eviltrain28eviltrain29eviltrain31

5
Les plus:

Le gore grotesque et raté

Une jolie photographie made in 80

Les moins:

Le scénario

Le gore ridicule

On s’ennuie souvent

Final expéditif

 

En bref : Evil Train est une énième preuve que la curiosité peut-être un vilain défaut. Pas grand-chose à retenir de cette œuvre bancale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s