PIEDS NUS SUR LES LIMACES de Fabienne Berthaud


Pieds nus sur les LimacesPIEDS NUS SUR LES LIMACES

Titre original : Pieds Nus sur les Limaces
2010 – France
Genre : Drame
Réalisation : Fabienne Berthaud
Musique : Michael Stevens
Scénario : Fabienne Berthaud et Pascal Arnold d’après le roman de Fabienne Berthaud
Avec Diane Kruger, Ludivine Sagnier, Denis Ménochet, Brigitte Catillon, Jacques Spiesser et Anne Benoit

Synopsis : La mort brutale d’une mère, terrassée par un accident vasculaire cérébral au volant de sa voiture, laisse ses deux filles dans le deuil. Clara, très rigide et stricte, va devoir s’occuper de sa sœur Lily, fille sauvageonne, immature, fantasque et désinhibée. L’aînée, femme modèle citadine mariée à Pierre, un avocat plein d’avenir, décide de quitter la capitale et son foyer pour se consacrer à Lily restée seule dans la maison familiale à la campagne. Clara sous l’influence de Lily remet progressivement sa vie en question et se prend à goûter a une certaine liberté.

PiedsNusLimaces01PiedsNusLimaces04PiedsNusLimaces05PiedsNusLimaces07

Romancière, actrice, réalisatrice, mais également productrice et directrice de la photographie, on ne pourra pourtant pas dire que Fabienne Berthaud est connue du grand public, et même très prolifique. En 10 ans, seulement 3 longs métrages. Pieds Nus sur les Limaces est l’adaptation de son propre roman, et son second long métrage, après Frankie en 2005. Le métrage, un drame, nous propose de découvrir deux femmes bien différentes, sœurs, le tout sur un ton relativement léger malgré les différents sujets abordés. Deux sœurs réunies après un triste accident ayant coûté la vie de leur mère. D’un côté, nous avons Clara (Diane Kruger), mariée à un avocat, vivant dans la capitale, sérieuse, disciplinée, à la vie déjà rangée et ne réservant que peu de surprises, et de l’autre Lily (Ludivine Sagnier), une femme enfant, simple, mais immature en quelque sorte, vivant au jour le jour, disant ouvertement ce qu’elle pense, et ayant une fascination pour les animaux, vivants ou même morts, puisqu’elle les pèse une fois morts et les stocke dans son… congélateur. Lily est-elle folle, est-elle restée à l’âge de l’enfance, ou bien simule-t-elle afin de se différencier des autres qui l’entourent, beaucoup trop sérieux et finalement, normaux ?

PiedsNusLimaces08PiedsNusLimaces13PiedsNusLimaces16PiedsNusLimaces18

Fabienne Berthaud ne livre aucun jugement sur son personnage, mais s’en sert clairement pour nous démontrer ce qui ne va pas chez les autres. Oui, Lily dit clairement ce qu’elle pense, fait ce qu’elle a envie de le faire au moment où elle le souhaite. Quelqu’un qu’elle n’aime pas, et elle lui dira en pleine face. Une soudaine envie de s’empiffrer de tous les gâteaux qui passent et c’est parti. Un chat errant retrouvé mort, et sa queue pourra faire un porte-clé. Envie d’un nettoyage de printemps, et Lily pourra se mettre à tout jeter par la fenêtre. On pourrait la croire tout simplement dans la provocation si la réalisatrice n’appuyait pas son portrait, et ne contre balançait pas l’ensemble avec la personnalité opposée, celle de Clara, qui lâche tout, mari comme travail, pour s’occuper de sa petite sœur et finalement, réussir à sortir de son petit train-train quotidien, et reprendre goût à la vie tout simplement. La vie, mais aussi sa liberté, d’action et de pensée. Le casting magnifie ses personnages, simples sur le papier certes, mais dont il était tellement simple d’en faire trop et de verser dans la caricature. Ce qui n’est pas le cas avec Diane Kruger et Ludivine Sagnier, toutes les deux investies. On ressent une réelle symbiose entre les deux, et malgré les excentricités de Lily, jamais l’interprétation ne paraît forcée.

PiedsNusLimaces20PiedsNusLimaces24PiedsNusLimaces25PiedsNusLimaces31

Ce qui donne un côté authentique et surtout sincère à ses deux portraits de femmes, que tout semble opposer oui, mais dont l’asociabilité et dans un sens, la franchise de l’une va permettre à l’autre d’ouvrir les yeux. Malgré le ton léger du métrage, les moments dramatiques ne manquent pas, et les confrontations entre les deux sœurs sont de loin les meilleurs moments du métrage, comme lorsque Clara demanda à Lily si oui ou non, elle a capturée le chien de sa belle-mère pour le congeler (oui je sais, dit comme ça, c’est une situation assez étrange). Et au-dessus de ces deux personnages, Fabienne Berthaud s’en donne à cœur joie pour donner vie à un univers décalé et coloré, où le spectateur attentif pourra se délecter des nombreux détails formant ainsi l’univers de Lily, de ses créations en peaux animales (des pantoufles ou des slips, oui oui) jusqu’au dindon vivant qui lui sert de compagnon lorsqu’elle regarde la télé et sur lequel elle aura mit du vernis sur les pattes. Pieds Nus Sur Les Limaces, c’est un très beau film, deux très beaux portraits portés par deux excellentes actrices, auquel on pourra reprocher sans doute quelques petites longues dans sa dernière partie, qui se permet un peu plus de « drame réaliste » en mettant au second plan le côté léger de l’ensemble, mais c’est un détail au final.

PiedsNusLimaces32PiedsNusLimaces35PiedsNusLimaces37PiedsNusLimaces38

150

Les plus:

Diane Kruger et Ludivine Sagnier

Deux beaux portraits de femme

Un ton léger qui fait sourire

Les moins:

Quelques petites longueurs

 

En bref : Pieds Nus sur les Limaces surprend avant tout pour ses personnages, touchants et surtout attachants. Une histoire simple mais jolie malgré tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s