DOCTEUR FRANKENSTEIN de Paul McGuigan


Victor FrankensteinDOCTEUR FRANKENSTEIN

Titre original : Victor Frankenstein
2015 – Etats Unis
Genre : Fantastique
Réalisation : Paul McGuigan
Musique : Craig Armstrong
Scénario : Max Landis
Avec James McAvoy, Daniel Radcliffe, Jessica Brown Findlay, Andrew Scott et Charles Dance

Synopsis : Scientifique aux méthodes radicales, le Docteur Victor Frankenstein et son brillant protégé Igor Strausman, partagent une vision noble, aider l’humanité à travers leurs recherches innovantes sur l’immortalité. Mais les expériences de Victor vont beaucoup trop loin et son obsession engendre de terrifiantes conséquences. Seul Igor peut ramener son ami à la raison et le sauver de sa création monstrueuse.

DocteurFrankenstein01DocteurFrankenstein03DocteurFrankenstein04DocteurFrankenstein06DocteurFrankenstein07DocteurFrankenstein08

Les adaptations de Frankenstein semblent être à la mode depuis quelques années. Entre les adaptations, parodies, films pour le cinéma, pour la télé, les séries, les adaptations libres, on a le choix. Après le gros nanar I Frankenstein signé Stuart Beattie avec Aaron Eckhart, c’est Paul McGuigan (pas mal de séries, dont Scandal, Sherlock et Smash, le film Psuch) qui s’y colle, avec pour ambition de nous raconter l’histoire autrement cette fois-ci, puisque le docteur Frankenstein a ici un assistant, Igor, et que c’est ce personnage qui fait office de narrateur, et donc, de personnage principal. Là où la plupart des adaptations nous parlent surtout du lien entre le docteur et sa création, la fameuse créature, ici, c’est une sorte de préquelle où l’on suit plutôt l’évolution de l’amitié entre Frankenstein et Igor, et leurs premiers essais d’expériences. Le scénario est confié à Max Landis, qui aura livré par le passé le scénario du très sympathique Chronicle, mais également en 2015 celui d’American Ultra. Si bien qu’avec ce Victor Frankenstein, renommé sobrement Docteur Frankenstein en France, on se demande la voie qu’il va choisir : respect du genre et du livre, parodie du genre, humour ou ton sérieux ? La première bande annonce disponible m’avait fait horriblement peur, et laissait présager un spectacle pyrotechnique à base de monstres divers, d’explosions et j’en passe, et laissait présager un sombre navet (ou nanar suivant l’humeur). Et limite ça me faisait chier, car placer James McAvoy dans le célèbre rôle du docteur me semblait une excellente idée, un excellent choix, tout comme celui de Daniel Radcliffe dans le rôle de son assistant.

DocteurFrankenstein09DocteurFrankenstein10DocteurFrankenstein11DocteurFrankenstein12DocteurFrankenstein13DocteurFrankenstein14

Et bien, quelle ne fut ma surprise devant le résultat final ! Car oui, si le métrage est loin d’être parfait, se plante à certains niveaux, il n’est absolument pas la bouse que je craignais, et il s’est même avéré hautement divertissant, et intéressant sur pas mal de points, même s’il effleure parfois un peu trop son sujet. L’histoire nous est donc racontée par Igor (Daniel Radcliff), individu un peu bossu, difforme même, travaillant dans un cirque, qui va être sauvé de sa pauvre condition (maltraité, uniquement là pour divertir) par le bon docteur. Ce qui frappe à première vue, ce sont certains choix visuels. Car outre une très belle retranscription du Londres de l’époque, le réalisateur fait des choix pour moderniser le récit et les personnages. Quelques cascades, ralentis, inscription à l’écran pour nous apprendre l’anatomie humaine, effets de styles parfois gratuits. On pourrait même comparer le métrage à ce que Guy Ritchie avait fait pour moderniser Sherlock Holmes. Sauf que Docteur Frankenstein n’est pas un film d’action, bien entendu. Le choix de nous présenter les premières expériences de Frankenstein et d’Igor, et surtout de nous raconter l’histoire du point de vu d’Igor, est une excellente idée, bien qu’à double tranchant. Son personnage fait rapidement écho à la fameuse créature du docteur, puisque si Igor se tient droit, n’est plus difforme, porte de jolis costards et peut rentrer à des soirées, c’est grâce à Frankenstein. En le rendant plus humain et en le prenant sous son aile, le docteur a créé ce qu’Igor est devenu, lui a donné du respect, en fait un homme respectable, à l’opposé de ce qu’il était au cirque.

DocteurFrankenstein17DocteurFrankenstein18DocteurFrankenstein19DocteurFrankenstein21DocteurFrankenstein22DocteurFrankenstein23

James McAvoy est clairement un excellent choix dans le rôle du docteur, entre pure ambition médicale et gros délire mégalo, qui trouvera lors du final une explication, sur son obsession, et ce qu’il cherche en voulant créer une nouvelle vie. Malheureusement, si ces deux personnages sont travaillés, le reste n’est clairement qu’effleuré. La jeune conquête d’Igor ne viendra pas tant que ça le tirailler sauf à de rares occasions, le policier mettant tout en œuvre pour stopper le docteur Frankenstein ne sera que trop rarement une menace pour les personnages et leurs expériences. Par moment, on se dit que l’on pourrait même se passer de certains éléments. Le film parle de Frankenstein et d’Igor, et clairement d’eux uniquement, les autres n’étant là qu’à quelques occasions afin de faire avancer tel ou tel élément de l’intrigue. Et pourtant, ça fonctionne, on ne s’ennuie jamais devant le spectacle proposé, entre une sublime reconstitution de l’époque, un rythme travaillé, et de grands acteurs. Car outre Radcliffe et McAvoy, on pourra souligner dans des seconds rôles malheureusement pas toujours mis en valeur le participation d’Andrew Scott dans le rôle de l’enquêteur acharné et Charles Dance dans le rôle du père de Frankenstein. Et si la sauce prend la plupart du temps, on pourra tout de même reprocher au métrage son final un peu trop Hollywoodien, voulant en mettre clairement plein la vue, avec éclairs, explosions, créature qui semble invincible. Avec des thèmes et personnages secondaires mieux exploités, Docteur Frankenstein aurait peut-être même pu être un excellent métrage. En soit, il reste un métrage carré et maîtrisé visuellement, avec de grands acteurs, et ça en fait déjà un excellent divertissement. Pas si mal !

DocteurFrankenstein24DocteurFrankenstein27DocteurFrankenstein28DocteurFrankenstein30DocteurFrankenstein34DocteurFrankenstein32

13

Les plus:

James McAvoy et Daniel Radcliffe

Un film bien rythmé

Quelques thèmes et idées plutôt bienvenus

Les moins:

Un final qui veut trop se faire spectaculaire

Quelques éléments juste effleurés

 

En bref : On échappe au carnage annoncé, puisque Docteur Frankenstein est un solide blockbuster. Divertissant, bien filmé, bien joué, on peut lui trouver pleins de petits défauts en fouillant bien, notamment dans son final, ses thèmes effleurés, quelques personnages vite zappés, mais les 1h50 du métrage passent très bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s