III de Pavel Khvaleev


IIIIII

Titre original : III
2015 – Russie
Genre : Fantastique
Réalisation : Pavel Khvaleev
Musique : Moonbeam
Scénario : Aleksandra Khvaleeva

Avec Polina Davydova, Evgeniy Gagarin et Lyubov Ignatushko

 

Synopsis : Lors de l’éclosion d’une mystérieuse épidémie mortelle dévastant un village rural européen, les sœurs Ayia et Mirra promettent à leur mère mourante qu’elles s’occuperont l’une de l’autre jusqu’à la fin de leur vie. Lorsque Mirra, la sœur cadette, est victime de l’épidémie, Ayia, réalisant que la médecine traditionnelle est impuissante devant la maladie de sa sœur, demande de l’aide à un ami proche de la famille, le Père Herman. Chez lui Ayia trouve un livre loin de la religion traditionnelle. Elle apprend grâce à ce livre qu’un rituel offrant la possibilité de pénétrer dans le subconscient d’une personne est possible. Ayia espère que ce rituel lui permettra de trouver la véritable cause de la maladie de sa sœur et ainsi avoir une chance de pouvoir la sauver.

III01III02III04III06III07III08

III, c’est un film Russe que j’attendais depuis un bail, depuis l’apparition sur divers sites de photos de production, puis après vision de la bande annonce. Il n’aura pas fallut que j’attende longtemps pour me jeter dessus dés la sortie du métrage. Vu mes attentes, les chances d’être déçu étaient énormes face à ce que j’attendais comme un Silent Hill russe, une expérimentation sensorielle dans le subconscient d’un des personnages. Et finalement, non, III a tenu, du moins pour moi, ces promesses. Certes, le concept est très simple, et on aurait pu attendre un peu plus de folie du métrage, mais avec ses petites 1h20 et le travail visuel splendide effectué par Pavel Khvaleev, j’ai été comblé. Donc III, c’est une histoire très simple qui se déroule dans un petit village d’Europe de l’Est. Une étrange maladie décime la population, dont la mère des deux sœurs que l’histoire nous invite à suivre, Ayia et Mirra. Dés la scène d’ouverture, c’est clair, III a bénéficié d’un très grand soin, autant visuel qu’auditif. L’ambiance est prenante, les plans et décors souvent sublimes, le montage affuté, les sons pour nous plonger dans un monde différent bien trouvés et l’ensemble fonctionne à merveille, surtout que les trois acteurs principaux jouent à la perfection.

 III10III11III12III14III17III19

Aucune surprise, une des deux sœurs se retrouve rapidement atteinte de cette maladie, qui prend de grandes proportions, et les deux trouvent refuge chez un prêtre ami de la famille. Même si finalement, l’histoire met bien la moitié du film avant de démarrer réellement, on se retrouve plongé dans un univers solide et maîtrisé. Il suffit de voir ses plans aériens sur ce petit village, ou encore ces magnifiques plans de forêt pour être plongé dans l’ambiance. Quelques scènes oniriques, ou plutôt cauchemardesques s’invitent dans le métrage, comme pour nous préparer à sa dernière partie, beaucoup plus osée et surréaliste, puisque pour sauver sa sœur, Ayia va effectuer un rituel pour plonger dans le subconscient de sa sœur et trouver la cause de la maladie. Dès lors, on se retrouve avec cette jeune femme plongée dans un univers qui perd ses repères et perd ses sens, où des éléments dérangeants peuplent le décor, où les corps se déforment.

III20III24III25III26III27III29

Si on pourra clairement reprocher au métrage son propos qui au delà de son concept n’a plus grand-chose à proposer, il faut avouer qu’il le fait bien, et ne tire jamais sur la corde pour étirer ses scènes et nous endormir. Tout va vite, et en un rien de temps, et bien c’est déjà terminé. Certes, l’aventure proposée arrive finalement au bout de 40 minutes, mais sa première partie se fait intéressante, rythmée et bien écrite. Visuellement splendide, si je devrais émettre quelques critiques au métrage, ce serait son final qui aurait mérité d’être un peu plus long pour intensifier ses choix, et sans doute un petit manque d’implication émotionnelle. Il s’agît tout de même d’une fille prête à tout pour sauver sa sœur, mais avec la courte durée du métrage, la relation entre les deux n’est pas toujours développée à son maximum, ce qui nous donne l’impression d’assister à un spectacle prenant et réussi, mais auquel il manque un petit quelque chose au final. Rien de bien méchant, puisqu’au final, III n’est absolument pas une déception.

 III34III35III37III40

14

Les plus :

Un visuel fort et accrocheur

Maitrisé

Une expérience intéressante

Court et rythmé

Les moins :

Une seconde partie un peu trop rapide

Il manque un petit quelque chose

 

En bref : Je l’attendais, et je n’ai pas été déçu. III est une excellente surprise, du cinéma fantastique onirique comme on en voit peu, à la manière de Horsehead en France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s