LOVE BITE de Andy De Emmony


Love BiteLOVE BITE

Titre original : Love Bite
2012 – Angleterre
Genre : Comédie / Loup-Garou
Réalisation : Andy De Emmony
Musique : Nick Green
Scénario : Ronan Blaney et Cris Cole

Avec Jessica Szohr, Timothy Spall, Luke Pasqualino, Ed Speleers, Kierston Wareing et Robert Pugh

Synopsis : Pendant les vacances, Jamie rencontre la belle Juliana qui est de passage dans sa ville et tombe amoureux d’elle. Mais petit à petit, Jamie remarque que depuis l’arrivée de Juliana, plusieurs choses étranges se passent. Un de ses amis disparaît, puis un second et puis un monsieur vient lui annoncer qu’un loup garou circule parmi eux et qu’il est à la recherche de personnes vierges. Depuis, tous les jeunes de la ville cherchent à perdre leur virginité.

LoveBite01LoveBite02LoveBite03LoveBite04LoveBite06LoveBite07

L’Angleterre a toujours aimé mélanger l’horreur avec l’humour. Encore récemment, Shaun of the Dead (bon ok ça commence à dater, plus de 10 ans) ou Grabbers et ces monstres qui ne supportent pas l’alcool en sont la preuve. En 2012 débarquait chez eux Love Bite, où cette fois-ci l’équipe a décidé de mélanger l’humour façon American Pie (ou The Inbetweeners) avec le film de loup-garou. Pourquoi pas après tout. Et après seulement quelques scènes, le spectateur comprend bien que le métrage ne va pas voler haut, et que l’humour sera souvent bien gras et situé en dessous de la ceinture. Pire, il suffira de quelques plans pour se rendre compte que l’aspect horrifique est totalement raté, du moins quand le fameux loup-garou doit apparaître à l’écran, ressemblant plus à un vulgaire loup-garou issu d’un film pour enfants en CGI qu’à un loup devant faire un minimum peur. Heureusement, l’équipe a du le comprendre, ou le budget devait être vraiment serré, si bien qu’au final, le loup sera très peu présent à l’écran, et que la majeure partie du métrage va s’axer sur l’aspect comédie. On suit donc une bande de potes qui veut profiter des vacances d’été pour perdre leur virginité. Oui on baigne en pure comédie pour teenager, et il faut avouer que si on a rien d’autre à se mettre sous la main, le spectacle peut s’avérer divertissant.

 LoveBite08LoveBite09LoveBite10LoveBite12LoveBite13LoveBite16

Ce n’est pas fin, mais ça a le mérite d’être rythmé. Alors quand le métrage se focalise sur Jamie, jeune puceau qui va craquer pour la magnifique Juliana (j’aurais craqué aussi je pense), au comportement étrange. Elle apparaît quand elle le souhaite, disparaît aussitôt, trouvant toujours une excuse, souvent par rapport avec son boulot. Jamie ne se doute de rien, obnubilé par la beauté de sa future conquête et surtout ayant envie de tremper son biscuit, jusqu’à ce qu’un homme étrange arrive à l’hôtel géré par sa famille. Se prétendant chasseur de loups-garous, nous avons là tout du… pire chasseur. Pas doué, inquiétant, se mordant la langue et s’embrouillant quand il parle, le monsieur se filmera même alors qu’il voulait filmer le loup passant furtivement un peu plus loin devant lui… C’est hautement débile, et j’avoue sans honte (mais un peu quand même) avoir eu un sourire à de nombreuses reprises.

LoveBite17LoveBite19LoveBite21LoveBite25LoveBite26LoveBite28

On ne voit pas le temps passer, et la bande de potes est incroyablement débile dans toutes leurs tentatives pour perdre leur virginité que l’on a envie de se frapper la tête à leur place. Bien entendu, sur la fin, l’aspect fantastique doit prendre le pas sur l’humour, sans pour autant le laisser de côté, et c’est là que le film perd quelque peu en saveur, le loup étant plutôt… dégueulasse à l’écran (dans le mauvais sens du terme), et les enjeux étant presque tous devinés par avance par le spectateur. On aura bien quelques furtifs effets sanglants, mais la sauce a du mal à prendre. Et je ne parlerais pas de ce plan final d’un mauvais goût extrême qui vient nous achever. Pourtant, malgré tous ces défauts, son humour gras, ses CGI foireux, son final décevant, je n’ai pas détesté ce Love Bite. Certaines notes d’humour sont bien trouvées pour peu qu’on y adhère, le métrage est bien rythmé, Jessica Szohr est absolument craquante (comment ça je ne suis pas objectif ?), et même si de très mauvais goût, il faut avouer également que son plan final est extrêmement osé !

 LoveBite29LoveBite30LoveBite32LoveBite33

11

Les plus:

Jessica Szohr

C’est très con

Rythmé

Les moins:

La partie fantastique ratée

Les CGI

 

En bref : Love Bite n’est pas du grand cinéma, ça ressemble la majeure partie du temps à du American Pie. Contre toute attente et malgré de gros défauts, c’est divertissant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s