HORSEHEAD de Romain Basset


HorseHeadHORSEHEAD

Titre original : Horsehead
2014 – France
Genre : Fantastique
Réalisation : Romain Basset
Musique : Benjamin Shielden
Scénario : Romain Basset et Karim Chérigène

Avec Lilly-Fleur Pointeaux, Catriona MacColl, Murray Head, Gala Besson, Fu-ad Aït Aattou et Philippe Nahon

Synopsis : Depuis son enfance, Jessica est hantée par des cauchemars récurrents dans lesquels elle est poursuivie par une mystérieuse créature à tête de cheval appelée Horsehead. Dans l’espoir de retrouver la paix, Jessica a entamé des études de psychophysiologie des rêves. Suite au décès de sa grand-mère maternelle, Jessica est contrainte de retourner dans la maison familiale. A son arrivée, elle découvre que son aïeule défunte reposera dans la chambre mitoyenne de la sienne durant la veillée mortuaire…Après une première nuit agitée par un nouveau cauchemar, Jessica tombe subitement malade. Clouée au lit par une forte fièvre, la jeune femme décide d’utiliser son état léthargique pour expérimenter le rêve lucide et essayer ainsi de prendre le contrôle de ses cauchemars, une pratique dangereuse dont certains ne se remettent jamais. Jessica évolue alors dans son propre monde onirique.

Horsehead02Horsehead03Horsehead08Horsehead10Horsehead13Horsehead14

Horsehead, c’est un film qui tient dés le départ quasi du miracle. Ce n’est une surprise pour personne, en France, il est très difficile de faire du cinéma de genre. Et au final, soit c’est nul (Sheitan, jamais je ne m’en remettrais, ou encore Martyrs et Lady Blood), soit bancal (le final de Haute Tension, Frontières et ses personnages), soit un gouffre financier (Atomik Circus, Le Pacte des Loups). Au final, les réalisateurs partent pour certains en Amérique (Alexandre Aja, qui aura eu une carrière inégale mais intéressante là-bas), d’autres persistent, et certains ne font plus rien. Et à côté, il y a ceux qui veulent y croire malgré tout. C’est le cas de Romain Basset, qui en plus de vouloir faire un film de genre, veut faire dans l’originalité. Pas de tueur ni de monstre ni d’alien, mais un film se déroulant dans le monde des rêves. Et pour réussir Horsehead, il aura dû trouver lui-même un maigre financement (150 000 euros) et se lancer dans l’aventure.

Horsehead15Horsehead17Horsehead19Horsehead20

Et pour s’assurer un minimum de succès, du moins sur le long terme, il tournera son film en langue anglaise, afin de faciliter l’exportation du métrage. Bingo, puisqu’après une très discrète sortie au cinéma en France, c’est finalement les Etats Unis et l’Allemagne qui auront une galette DVD et Blu-Ray avant nous ! Bref, Horsehead avait sur le papier tout pour me séduire. Une histoire se déroulant dans le monde du rêve, permettant une narration fracturée, des images fortes, une grande liberté créatrice. En plus, on retrouve au casting dans le rôle de la mère Catriona MacColl, bien connue des amateurs pour avoir joué dans les meilleurs films de Lucio Fulci, à savoir Frayeurs, L’Au-Delà et La Maison Près du Cimetière ! Rien que ça. Le rôle principal par contre arrive entre les mains de la jeune Lilly-Fleur Pointeaux, mi française mi australienne.

Horsehead21Horsehead23Horsehead25Horsehead26Horsehead27Horsehead29

D’ailleurs passé la surprise de découvrir un film français tourné en anglais avec des acteurs français, il faut bien avouer que tout ce bon monde joue très bien, et que leurs accents ne sont pas à couper au couteau, loin de là. Deuxième chose qui frappe, c’est que malgré son budget ridicule, Horsehead est un film fait avec le plus grand sérieux. Jamais le budget du film ne se remarque à l’écran, tant Romain Basset semble se donner un fond pour livrer le meilleur produit possible. Visuellement déjà, c’est absolument sublime. Entre les plans très rapprochés sur le visage de l’actrice et les nombreux plans surréalistes dans le monde du rêve, avec ses filtres soit bleutés soit aux couleurs chaudes, et ses nombreux ralentis, Horsehead est un pur plaisir pour les yeux. Car ici, tout est affaire d’ambiance, et l’ambiance de Horsehead est tout simplement envoutante. Ses plans, sa photographie, sa musique parfois étrange, parfois étonnement douce, on se croirait revenu à l’époque des films gothiques de la Hammer, ou même plutôt de la bonne époque du cinéma Italien. Impossible de ne pas y voir un hommage aux films d’Argento et Fulci entre autre !

Horsehead30Horsehead32Horsehead33Horsehead34Horsehead36Horsehead39

Et comme ces scènes de rêves sont extrêmement nombreuses, pour peu que l’on adhère à cette ambiance, on se prend au jeu, mettant alors au placard les quelques défauts du film. Car oui il faut avouer qu’à forcer de vouloir nous faire errer dans la beauté plastique des rêves et cauchemars, Horsehead en oublie parfois quelque peu son propos, au final simple au possible et manquant quelque peu d’enjeux véritables. Certes, on aura une narration construction (mais simple) et une révélation finale (que j’ai personnellement vu venir), mais là n’était clairement pas la priorité du metteur en scène. Ce qui n’est au final pas un mal face au résultat final. Et le fameux Horsehead du titre dans tout ça ? Il est bel et bien présent rassurez-vous, et plutôt bien fait d’ailleurs. Le réalisateur n’abuse pas de ses apparitions justement, augmentant ainsi leur impact et rendant ce monstre pour le moins étrange crédible. De par l’originalité de son sujet et la qualité de sa mise en scène, Horsehead est à classer au niveau des bonnes surprises comme le fut It Follows, bien qu’il se fait également moins accessible.

Horsehead42Horsehead43Horsehead45Horsehead46Horsehead49Horsehead50

150

Les plus:

Des plans sublimes

Une plongée dans le monde des rêves

Une actrice charismatique

Les moins:

Un propos et des enjeux légers

 

En bref: Horsehead va diviser, mais si on est prêt à plonger dans son univers onirique et à se laisser porter par ses images et son ambiance, on en sort comblé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s