RAMBO de Ted Kotcheff


RamboRAMBO

Titre original : First Blood
1982 – Etats Unis
Genre : Action
Réalisation : Ted Kotcheff
Musique : Jerry Goldsmith
Scénario : Michael Kozoll, William Sackheim et Sylvester Stallone

Avec Sylvester Stallone, Richard Crenna, Brian Dennehy, Bill McKinney et Jack Starrett

Synopsis : John Rambo, ancien béret vert et héros de la Guerre du Viêt Nam, erre sans but de ville en ville depuis son retour aux États-Unis. En voulant rendre visite au dernier de ses anciens compagnons d’armes, il apprend la mort de celui-ci des suites d’un cancer (causé par l’« agent orange » largement utilisé au Viêt Nam). Reprenant la route, il arrive dans une petite ville d’une région montagneuse afin de s’y restaurer. Mais le shérif Will Teasle, prétextant ne pas vouloir de « vagabond dans sa ville », le raccompagne à la sortie de la ville. Ulcéré, Rambo tente de faire demi-tour, mais il est alors arrêté sans ménagement par le shérif. Jeté en prison et maltraité par les policiers, Rambo se révolte et s’enfuit du commissariat. Après une dangereuse course-poursuite, il se réfugie dans les bois.

Rambo102Rambo103Rambo104Rambo105Rambo106Rambo107

Dans les années 70 et 80, les rôles cultes s’enchaînent pour Stallone. Après Rocky à la fin des années 70, qui eu 5 suites tout de même, l’acteur débarque en 1982 sur le projet Rambo, adapté d’un roman de David Morrell écrit 10 ans plus tôt. Quelques modifications sont apportées au scénario par l’acteur, qui changera notamment la fin (ce qui permettra les trois suites que l’on connaît aujourd’hui), et réduira également la violence de l’œuvre. Car, différence notable, dans le roman, Rambo tue ces ennemis, alors que dans le film, il les neutralise seulement, en les blessant. Contrairement à beaucoup d’idées reçues, notamment grâce (ou à cause) des suites, Rambo, le premier opus, n’est absolument pas un film d’action. Si l’action se fait par moment présente dans le métrage, on se retrouve avant tout devant un survival en forêt, le tout avec un message derrière sur les rescapés de la guerre de Vietnam, mal vus par leur propre pays au retour de la guerre. Stallone lui même insiste bien sur ce point lors de son final, avec une tirade qui voit juste et pointe du doigt pas mal de choses. Rambo nous parle finalement des conséquences de la guerre du Vietnam en Amérique, que ce soit par ceux qui étaient extérieurs à cette guerre ou par les survivants.

Rambo108Rambo109Rambo110Rambo111Rambo112Rambo113

Rambo lui est un survivant, qui n’est pas accepté par son propre pays et ses habitants. Il est vu comme une brute épaisse, un tueur, un vagabond, un homme qui ne peut qu’apporter le désordre là où il passe. Pourtant Rambo est un homme simple, vivant seul, sur la route, se cherchant un but. Lorsque le film commence, il part à la recherche d’un de ses camarades survivant de la guerre. Il ne trouvera finalement que l’annonce de son décès suite à un cancer provoqué par un produit utilisé durant la guerre. Rambo est seul, plus que jamais. Le vrai point de départ du métrage arrive l’instant d’après, lorsque Rambo se heurte aux préjugés des gens, et en particulier du shérif de la petite bourgade où il se trouve, qui va le provoquer, et ainsi provoquer une gigantesque chasse à l’homme en forêt, puis dans la ville. La force de ce premier opus, qui sera bientôt oubliée par les suites, est de se vouloir réaliste de bout en bout. Rambo est seul contre tous, mais ne va pas partir en guerre, il va plutôt tenter de survivre, de se défendre, de jouer avec l’environnement dans lequel il se trouve en se débrouillant avec ce qu’il a sous la main. Couteau, armes récupérées sur ses ennemis, pièges fait avec un rien. Rambo ne tue pas ses ennemis, il les neutralise, les blesse, les empêche d’avancer, essaye de les prendre à revers.

Rambo114Rambo115Rambo116Rambo117Rambo118Rambo119

Lorsqu’il tuera un des adjoints du shérif, ce sera par légitime défense, et encore, sans vouloir vraiment le tuer. À plusieurs reprises, Rambo tente même de limiter les frais en proposant de se rendre ou de trouver un moyen d’arrêter le carnage, mais il se retrouve uniquement devant des personnages bornés qui ne voient en lui qu’un animal de guerre, un monstre. L’ambiance installée par le film est prenante d’un bout à l’autre, et voir Rambo évoluer en forêt, dans son élément, est un grand moment. Le propos sera encore plus appuyé par l’arriver du général Trautman dans le métrage (Richard Crenna), venu sauver le shérif de Rambo et non l’inverse. Stallone trouve là un rôle taillé sur mesure pour lui après Rocky, soldat traumatisé par la guerre puis traqué par son propre pays. Le rôle n’est pas très dialogué (l’homme est souvent seul en forêt à survivre) mais l’acteur fait preuve de beaucoup de présence et même d’un peu d’émotion lors de son final. Rambo, ce n’est pas le film d’action bête et méchant que certains veulent voir, mais bien une chasse à l’homme ainsi qu’une critique de l’après Vietnam.

Rambo120Rambo121Rambo122Rambo124Rambo123Rambo125

17

Les plus

Un film plus malin qu’il n’y paraît

Stallone est Rambo

Réaliste et prenant

Les moins

À peut-être prit un coup de vieux par certains aspects

 

En bref: Rambo prend des allures de survival en forêt. Très prenant, intéressant, un film culte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s