JOSÉPHINE de Agnès Obadia


JosephineJOSÉPHINE

Titre original : Joséphine
2013 – France
Genre : Comédie
Réalisation : Agnès Obadia
Musique : –
Scénario : Agnès Obadia et Samantha Mazeras d’après la BD de Penelope Bagieu

Avec Marilou Berry, Mehdi Nebbou, Bérangère Krief, Charlie Dupont et Amelle Chahbi

Synopsis : Joséphine, 29 ans trois-quart, obnubilée par la taille de ses fesses, source de tous ses problèmes, n’a toujours pas trouvé l’homme de ses rêves non-fumeur- bon-cuisinier-qui-aime-les-chats-et-qui-veut-plein-d’enfants… Sa seule consolation, c’est qu’elle vit avec Brad Pitt… consolation de courte durée puisque c’est son chat. Quand sa soeur lui annonce son mariage, c’est la goutte d’eau qui fait déborder la tasse à café. Elle s’invente alors une histoire d’amour avec un riche chirurgien brésilien qui lui a demandé sa main et l’emmène vivre au bout du monde. Facile à dire… Ce (petit) mensonge va l’entraîner dans un tourbillon d’aventures.

Joséphine01Joséphine03Joséphine04Joséphine07

Qu’est ce qui m’aura poussé à regarder Joséphine vous vous demandez sûrement ? Et bien qu’à cela ne tienne, j’admet avoir souvent regardé les dessins de Penelope Bagieu, sur son blog, et avoir même un ouvrage. Constitué la plupart du temps de très courtes histoires, des scénettes, j’étais même assez curieux de voir le résultat de l’adaptation cinématographique, qui doit donc nous raconter une seule et même histoire sur 1h30, avec dans le rôle de Joséphine, Marilou Berry, la fille de Josiane Balasko. Alors au final, Joséphine, comédie française banale et bien mauvaise, ou adaptation fidèle de la bd ? Au final, un peu des deux. L’histoire nous permet donc de suivre un bout de la vie de Joséphine, 29 ans trois quarts, aux fesses énormes, accro au shopping, qui recherche l’homme de ses rêves. Dis comme ça, ça ne passionne pas, on aurait presque l’impression de se retrouver devant une version française du Journal de Bridget Jones. Ce qui est un peu le cas au final, mais quelques éléments, bien que le spectacle reste avant tout « féminin », vont permettre au métrage de nous faire passer un bon moment, sourire aux lèvres (sourire, pas rire malheureusement), et ce malgré des moments couru d’avance, une bonne grosse morale, et une partie romantique tout simplement ratée (ou trop romantique à mon goût).

Joséphine09Joséphine11Joséphine13Joséphine14

Dans un premier temps, on retrouve d’ailleurs bien le personnage de Joséphine imaginé par Penelope Bagieu, et c’est un petit plaisir pour le connaisseur. Le personnage est respecté, les situations comiques fonctionnent à défaut de nous faire rire, et on entre dans la vision du métrage de bonne humeur. Marilou Berry convient parfaitement au rôle, tandis que les seconds rôles sont tenus par des habitués du genre, notamment Bérangère Krief (la série Bref, la série Hero Corp). L’ensemble se fait prévisible, très féminin, mais aucune baisse de rythme ne vient ternir le tableau qui remplit facilement son contrat de divertissement. Il faut dire qu’avec un tel personnage, obnubilé par la taille de ses fesses, toujours au retard au travail, jalouse de sa sœur et se retrouvant dans des galères pas possible à force de mentir pour se mettre en valeur, il y a de quoi faire. Les situations deviennent de plus en plus grosses, notamment après l’annonce de son mariage au Brésil avec un chirurgien, mariage bien entendu totalement faux. Cet événement va bousculer la vie de Joséphine, qui va perdre son travail, et vivre cachée du regard des autres qui la croient au soleil, avec l’amour de sa vie.

Joséphine17Joséphine18Joséphine21Joséphine22

Malheureusement, comédie grand public oblige, le film opère alors un grand changement en virant à la comédie romantique, qui si elle n’est pas lourde, abaisse le niveau et le métrage se fait alors beaucoup plus prévisible. On se doute bien que tout est bien qui finit bien, et aucune surprise, le métrage garde cette ligne de conduite jusqu’à ses derniers instants, classiques pour une comédie française. Dommage que le métrage n’ose pas aller parfois plus loin comme c’est le cas de la bd de Penelope. Si Agnès Obadia ne livre pas un produit honteux, que ce soit à la mise en scène ou au scénario, son film est parfois bien timide comme pour se raccrocher aux autres films du genre en France. Divertissant donc, bien que pas inoubliable.

Joséphine23Joséphine24Joséphine26Joséphine28

12

Les plus:

Le personnage fidèle à la BD

Un moment divertissant

Quelques passages bien trouvés

Les moins:

Une seconde partie plus classique

Les moments romantiques (bien que pas lourds)

 

En bref: Une comédie sympathique bien que s’adressant avant tout à un public féminin. Le personnage de Joséphine est fidèle à celui imaginé par Penelope Bagieu et on suit l’ensemble avec intérêt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s