LA VIE D’ADÈLE de Abdellatif Kechiche


Vie d'adeleLA VIE D’ADÈLE

Titre original : La Vie d’Adèle
2013 – France
Genre : Drame
Réalisation : Abdellatif Kechiche
Musique :  –
Scénario : Abdellatif Kechiche d’après le roman graphique de Julie Maroh

Avec Adèle Exarchopoulos, Léa Seydoux, Jérémie Laheurte, Mona Wairavens, Salim Kechiouche, Catherine Salée et Fanny Maurin

Synopsis : Âgée de dix-sept ans, Adèle est convaincue qu’une fille doit rencontrer des garçons et rêve du grand amour. Elle pense l’avoir trouvé en la personne de Thomas, un jeune homme mystérieux, mais sympathique. Elle croise le même jour Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, et cette rencontre bouleverse totalement sa vie. Emma hante chaque nuit ses rêves et ses désirs les plus intimes. Adèle tente d’ignorer ses sentiments et essaye de se « livrer » à Thomas, mais elle réalise qu’elle a une attirance pour les filles. Adèle découvre le désir et s’affirme en tant que femme et en tant qu’adulte.

Viedadele01Viedadele02Viedadele04Viedadele05Viedadele06Viedadele09

Palme d’or à Cannes en 2013, tout ou presque a été dit sur La Vie d’Adèle, de par les fans, critiques, public, presse, gens du milieu. Les qualités du film, les défauts, la polémique, oui, tout a été dit, et partout, entre les difficultés d’un tournage à rallonge, les plaintes de techniciens, des actrices principales Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux… Si bien que la vision du métrage en question ne me faisait pas plus envie que ça, par peur d’être influencé autant par les excellents que mauvais avis. Un peu de motivation et trois longues heures plus tard, le verdict tombe. La Vie d’Adèle, chef d’œuvre ou pétard mouillé ? Finalement, ni l’un, ni l’autre. Mais une certaine envie au bout du compte de découvrir l’œuvre de base, le roman graphique de Julie Maroh, apparemment assez différent. Que peut-on dire au final de La Vie d’Adèle qui n’aurait pas été dit avant, que pourrais-je bien écrire sur le film qui vaille la peine d’être lu ? Question difficile… Commençons par le début. Aucune surprise, le métrage nous raconte… la vie d’Adèle… (je sais trouver mes mots n’est-ce pas). Jeune femme de 17 ans, elle a une relation avec Thomas, mais en croisant finalement la jeune Emma aux cheveux bleus, tout va changer. La jeune femme est attirée par Emma, et finalement, une relation va commencer entre les deux. Découverte de la sexualité, de son corps, de ses désirs, le métrage commence doucement… trop doucement. Les 35 premières minutes font office de trop longue introduction avant la vraie rencontre entre les deux jeunes femmes. En attendant, on suit les petits rencards entre Adèle et Thomas, la vie en cours, tout ça.

Viedadele10Viedadele12Viedadele13Viedadele14Viedadele16Viedadele18

Pas hyper passionnant, j’ai personnellement trouvé ce début un peu long, surtout quand l’on sait le sujet du métrage. Néanmoins, le métrage n’ennuie pas, le réalisateur sachant bien filmer ses acteurs et les diriger. Puis commence la vraie histoire d’amour en deux parties entre Adèle et Emma, avec la découverte, puis la vraie vie de couple, jusque la rupture. Et là, j’ai immédiatement beaucoup plus de choses à dire. Dans un premier temps, si l’on sent que le réalisateur aime ses actrices et aime les filmer pour les faire vivre à l’écran, dans chaque plan, sa mise en image manque parfois cruellement de surprises. Oui, à chaque dialogue, aucune surprise, Abdellatif Kechiche se place au plus près de ses actrices. Dialogues, donc gros plans. En permanence. Alors oui, en étant objectif, ses actrices ont du talent, en étant plus subjectif, je pourrais dire qu’elles sont mignonnes, mais sa mise en image est d’un prévisible assez fou. Sans aucun doute voulait-il nous rapprocher de son histoire et de ses personnages, et l’effet n’est que partiellement réussi. Pas raté, ni digne d’un chef d’œuvre. Sympathique mais sans surprise oui. Malgré tout, et je ne pourrais jamais lui reprocher, pour un métrage durant tout de même 3h (pas une minute de plus ou de moins), on ne s’ennuie pas vraiment. Même si le début se fait un peu trop long et que certains moments sont prévisibles, on ne s’ennuie pas.

Viedadele19Viedadele20Viedadele23Viedadele24Viedadele26Viedadele29

Le talent des actrices et quelques scènes fortes y sont sans doute pour quelque chose, comme lorsque Adèle se retrouve face à ces camarades de classe qui la traitent de lesbienne et que l’ambiance est assez tendue. Voilà pour la forme. Je pourrais parler des scènes de sexe longues (mais dans un film de 3h, on ne peut pas dire qu’une scène de sexe de 7 minutes soit véritablement trop longue, elle passe bien d’ailleurs), mais Kechiche adopte un point de vue cinématographique qui ne les rend pas franchement vulgaire. Mais justement, dans le fond, ça coince un peu, puisque la vision des lesbiennes que le métrage donne est, à mon sens, extrêmement… masculine. Ironique n’est ce pas ? De nombreuses amies du milieu me l’avait dit avant la vision du métrage, et je ne peut que leur donner raison (après, je ne suis pas un pro du milieu non plus, loin de là). La vision du métrage semble masculine dans les scènes de sexe et la façon de décrire le milieu, tandis que le traitement de la relation semble bourré de clichés. Chez Adèle, on est pauvres, donc on mange des pâtes et on ne parle pas de sexualité. Chez Emma, on est riches, donc on mange des fruits de mer et on est ouvert à la discussion et à la différence. Facile, trop facile. Si les scènes de sexe font cinéma et non porno malgré leur durée et le contenu explicite, l’ensemble semble un peu trop être un fantasme lesbien fait par un homme mit sur pellicule pour s’avérer totalement sincère. Oui, je ne fais pas partis des conquis, sans pour autant avoir regretté la vision du métrage. Il y a des bonnes choses dans La Vie d’Adèle, et d’autres beaucoup moins bonnes, mais cela n’est que mon ressenti personnel, et chacun ressentira des choses différentes en regardant ce film fleuve.

Viedadele31Viedadele32Viedadele33Viedadele34Viedadele36Viedadele37

125

Les plus:

Deux très bonnes actrices

On ne s’ennuie pas

Quelques scènes poignantes

Les moins:

Long à démarrer

Des clichés

Une visions trop masculine

 

En bref: La Palme d’Or 2013 déçoit par bien des aspects tout en restant un film intéressant par d’autres aspects. Sympathique, mais beaucoup de bruit pour pas grand-chose.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s