FREDDY 5: L’ENFANT DU CAUCHEMAR de Stephen Hopkins


FREDDY 5: L’ENFANT DU CAUCHEMAR

Titre original: A Nightmare on Elm Street 5: the Dream Child
Sortie française le 5 Août 1990, interdit aux moins de 12 ans
Budget: 6 millions $
1989 – Etats Unis
Genre: Fantastique
Réalisation: Stephen Hopkins
Musique: Jay Ferguson
Scénario: John Skipp et Craig Spector
Avec Lisa Wilcox, Robert Englund, Erika Anderson, Valorie Armstrong et Michael Ashton

Synopsis: L’ignoble Freddy a encore trouvé un moyen pour venir hanter les cauchemars des enfants d’Elm Street : il se réincarne dans le bébé qu’attend Alice, celle qui l’avait pourtant vaincu dans le précédent épisode. Il arbore à nouveau crânement son chapeau, son pull rayé et ses longues griffes aiguisées et Alice aura fort à faire pour le ramener dans le sinistre asile psychiatrique où il fut conçu.

enfant du cauchemar photo 01

Toujours tourné à la vitesse de l’éclair dans le but d’être rentable, la série des Freddy atteint donc ici son cinquième opus. Après Renny Harlin sur le cauchemar de Freddy, c’est le réalisateur Stephen Hopkins, pas encore connu, qui s’attaque à cet Enfant du cauchemar. Par la suite, il réalisera des films d’action (La nuit du jugement, Blow away) ou de science fiction (Perdus dans l’espace, Predator 2). Et autant le dire, c’est grâce à lui, et uniquement lui, que ce cinquième Freddy arrive à se démarquer de façon inhabituelle des autres, et inventive. Car au-delà de sa réalisation et de l’interprétation, correcte, le film continue d’enfoncer la série, suivant la direction ouvertement ouverte par l’épisode 3, les Griffes du cauchemar. Après les événements du précédent opus, Alice et Dan sont ensembles, et attendent un bébé. Mais Alice est toujours traumatisée par ce qui lui est arrivée, et continue de faire des rêves étranges, persuadée que Freddy va revenir. Car le scénario, écrit à plusieurs, comme la plupart des épisodes par ailleurs, a grandement du mal à trouver une idée à la fois nouvelle, intéressante, et cohérente par rapport au reste de la série. Les rêves d’Alice vont la mener dans une chapelle, celle où une bonne sœur, Amanda Krueger, a donnée naissance à Freddy. Et celui-ci va renaître, encore, pour continuer son carnage. Rien de bien neuf pour le moment, mais là où ça se gâte en tentant de renouveler le tout, c’est qu’il va se servir du bébé que porte Alice pour vivre et continuer ses meurtres ! Peu intéressant, peu cohérent, et surtout un brin ridicule. Passant cela, les personnages semblent eux avoir régressés depuis le précédent opus. Les pouvoirs qu’obtenaient Alice à la fin du précédent, lui permettant de faire du Kung Fu (Renny Harlin à la réalisation quoi !) sont absents. Elle semble extrêmement vulnérable, et l’ensemble des personnages semblent faire une croix sur ce qui s’est passé, Freddy est un vieux souvenir, pour certains, ils refusent d’y croire… encore.

enfant du cauchemar photo 02enfant du cauchemar photo 03

Le scénario tourne vite à vide, et c’est bien dommage, mais il n’est cependant pas le pire de la série (il ne faut pas oublier que la Revanche de Freddy était moyen malgré de très bonnes idées, et pire, le suivant, la Fin de Freddy, est sans aucun doute le pire). Certains éléments restent intéressants, comme la relation entre Alice, ses parents, et les parents de Dan, et leurs attachements à l’enfant que porte Alice. On pourra également souligner le cauchemar d’ouverture du film, très réussi. Enfin, s’attarder sur le scénario du film ne ferait que descendre le film. Là où Stephen Hopkins s’en sort à merveille, c’est dans sa représentation visuelle d’un scénario moyen voir ridicule. Il s’autorisera beaucoup de choses, que ce soit au niveau des meurtres, et par la même occasion, des effets spéciaux, que des décors. Dans de nombreux passages se déroulant dans la chapelle, il fournira des images au ton gothique pouvant rappeler quelques grands films des années 50 et 60. Un petit plaisir pour les yeux, accompagné de la musique anormalement calme, magnifique, de Jay Ferguson, qui composera quelques années ensuite un score similaire pour le film Panics (Bad dreams), ainsi que le score de Tremors 2. Le réalisateur s’en donnera à cœur joie lors des trop rares séquences de meurtres. Après le troisième et quatrième opus, la barre descendra au nombre de trois, mais quels meurtres ! Ils s’avèrent purement réussis, et restent encore aujourd’hui impressionnants et funs à regarder, partant par moment loin dans la délire, mais encore acceptable comparé au triste épisode qui suivra. Ainsi, le meurtre de Dan, qui fusionnera avec une moto, sera très impressionnant et marquera les mémoires. Mais pour ce qui est de la tension, il faudra oublier, comme dans beaucoup d’épisodes, jouant plus sur l’humour de Freddy, de plus en plus présent, que sur le frisson.

enfant du cauchemar photo 07

Si ce Freddy comporte d’énormes qualités dans la forme et d’énormes faiblesses dans le fond, il n’en reste pas moins un épisode correct, mais jouant bien plus sur l’humour de Freddy que les meurtres, mais n’oubliant pas d’être sadique lorsqu’il le faut bien. Naviguant ainsi entre réussite et désastre, le film parvient à se hisser à un niveau correct, mais ne restera pas un spectacle inoubliable ni le meilleur de la série (le premier). La faute au scénario ridicule, s’enfonçant un peu plus au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire, jusqu’à un final risible et convenu. Dommage. Ces qualités en font juste une curiosité, mais la série aurait du s’arrêter là.

13

Les plus:
Le visuel
La musique
Les meurtres, peu nombreux mais inventifs
Les moins:
Des incohérences
Le scénario en lui même en fait

En bref: Intéressant visuellement, creux scénaristique, un épisode encore passable grâce à la réalisation, ces décors gothiques et certains passages funs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s