AUDITION de Miike Takashi


AUDITION

Titre original : オーディション
1999 – Japon
Genre : Horreur
Réalisation : Miike Takashi
Musique : Endo Koji
Scénario : Tengan Daisuke
Avec Ishibashi Ryo, Shiina Eihi, Kunimura Jun et Sawaki Tetsu

Synopsis : Aoyama, 42 ans, est producteur de films. Sa femme est décédée il y a sept ans, mais il vit toujours sa disparition avec difficulté. Un jour, suivant les conseils d’un vieil ami, Yasuhisa Yoshikawa, il décide de se remarier et organise une audition pour une série télévisée fictive afin de trouver sa nouvelle compagne parmi les candidates. La dernière à se présenter, Yamazaki Asami, est une jeune femme d’une troublante beauté. Aoyama en tombe instantanément amoureux. Il la rappelle et dîne en tête à tête avec elle.

audition photo 01

En voilà un film choc qui nous emmène pendant une heure de film dans une direction calme et dramatique. C’est pour mieux nous surprendre dans la dernière partie du métrage, insoutenable. Au vu de l’histoire, le film commence comme un drame familial. On pourrait même dire un film très mou du genou et qui prend son spectateur pour un imbécile. Aoyama vient de perdre sa femme, il vit seul avec son fils. Sur les conseils de celui ci, il décide qu’il doit se remarier. Aidé par un ami, il auditionne une quarantaine de jeunes femmes. Dés la lecture du profil, il tombe amoureux d’une jeune femme, Asami. Belle, timide, une jeune femme tout ce qu’il y a de plus banale. La première partie du film est centrée sur leur romance qui va petit à petit devenir plus sérieuse et explicite. Le tout est plutôt bien mené, et on suit cette histoire assez banale avec un petit plaisir, en pensant bêtement que l’on regarde un petit drame tout public. C’est d’ailleurs là que le film puise sa force, dans sa première partie. La seconde n’aurait jamais eu l’aspect choquant et surprenant sans sa première partie. Malgré leurs très fortes différences, que ce soit dans le style, le ton, l’histoire, ou même le genre, cela ne dérange pas, car les parties ne fonctionneraient pas du tout indépendamment. Et ensuite, ce qu’il faut déjà bien avoir en tête, c’est que nous sommes devant un film de Miike Takashi, et dans 90% des cas, ces films ne peuvent absolument pas être classées dans une seule catégorie, ce qui surprend ces spectateurs à chacun de ces films, commençant généralement comme des polars, avant d’aller dans le drame, la comédie, le gore, ou autre. Même si le bonhomme est capable du meilleur comme du pire. Et c’est encore ici une des forces de son film, Audition. Adapté d’un roman par son auteur lui-même, Miike pose ses personnages pendant un long moment, nous donnant de très beaux moments, avant de tout casser, comme à son habitude, très habillement, dans la deuxième partie.

audition photo 02

La dernière partie, parlons en enfin. Après s’être amusé à développer ces personnages comme s’il s’agissait d’un sitcom, Miike se lâche et part dans la direction opposée du début. L’histoire devient complexe, mélange de passé, futur, on revoit des scènes du film sous un autre angle, et où il se passe des choses totalement différente. Nous sommes en quelque sorte dans le mental du personnage principal. Sa petite amie a disparue, et avec le peu qu’il a apprit d’elle, il va partir à sa recherche, et tombera aussi sur son triste passé. Un passé assez  glauque, pessimiste, qui rejoint les thèmes cher de Miike : la famille et les traumatismes de l’enfance, comme traitent déjà la majorité de ces films (Dead Or Alive 2, Zebraman, Visitor Q, MPD Psycho…). Miike se sert de ces thèmes, et déstabilise le spectateur, pour lui mettre en pleine poire la dernière demi heure du film : viscérale, glauque, malsaine, pour certains, insoutenable. Et pourtant, contrairement à ces habitudes dans de nombreux films, dont le polémique Ichi the killer, Miike ne montre pas toute la violence. Il la suggère aussi avec beaucoup de talent. On reste bouche bée devant un tel spectacle, et on peut qu’applaudir, autant la mise en scène que le scénario astucieux. Un très bon moment, même s’il ne figure pas parmi les chef d’œuvres de Miike.

16

Les plus
Shiina Eihi
Une réalisation calme de Miike
Le final
Une très bonne structure narrative
Les moins
Beaucoup pourront décrocher pendant la première heure

En bref: Un beau film, plutôt prenant, dramatique dans sa première partie, sanglant et tétanisant dans sa seconde. Miike ne cesse de nous surprendre au fur et à mesure de sa longue filmographie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s